La nature des infinitives racines produites par les enfants apprenant une L2:

conséquences pour certaines approches de l'acquisition de la L1

Prévost, P.

 

Cet article montre que les données d'acquisition de la langue seconde (L2) par les enfants permettent de tester certaines hypothèses sur le développement de la langue maternelle (L1) (voir Schwartz 2003b), en particulier l'approche maturationnelle (Borer & Wexler 1987). L'étude examine le phénomène des infinitive racines (IR), soit la production d'un verbe infinitif là où une forme tensée est requise (ex. papa dormir pour papa dort), chez les enfants apprenant le français L1 et L2. En acquisition de la L1, la production de tels énoncés pourrait être due à la sous-spécification de certaines catégories fonctionnelles dans la grammaire des apprenants (voir Blom 2003). Les IR cesseraient d'être produites dès que ces catégories émergent par voie maturationnelle. Par ailleurs, les chercheurs en français L1 rapportent une double corrélation entre la finitude (finiteness) et le type de verbes (événementiels ou non) rencontrés dans les déclaratives racines, et entre la finitude et la modalité (Ferdinand 1996; Hyams & Hoekstra 1998; Wijnen 1998). L'analyse de données de production spontanée longitudinales de deux enfants anglophones apprenant le français L2 révèle des tendances similaires. Cette découverte, ainsi que d'autres similitudes entre les IR du français L1 et L2 (Prévost & White 2000), suggèrent que les IR sont de même nature dans les deux contextes d'acquisition, et donc qu'elles émergent et disparaissent pour des raisons similaires. Crucialement, le fait que l'explication maturationnelle ne peut jouer aucun rôle en acquisition d'une L2 signifie qu'elle ne peut rendre compte de la disparition des IR en acquisition de la L1. Une autre explication en termes de limitation de traitement est proposée.

 

Contact : llippr@hermes.ulaval.ca